7e édition du Board International de MATWIN

En parallèle de la convention MEET2WIN s’est également tenue la 7e rencontre du Board International de MATWIN les 12 et 13 mai 2016. Réunis comme chaque année à Bordeaux, les membres du Board ont auditionné les meilleurs projets identifiés au travers du process de sélection MATWIN.
7 porteurs de projets ont défendu, pendant deux jours, le fruit de leurs recherches devant un parterre de personnalités reconnues, leaders européens d’opinion académique en cancérologie et représentants des 12 laboratoires internationaux partenaires du programme.
Les discussions avec les porteurs de projets et les recommandations formulées par le Board MATWIN ont une fois encore donné une forte valeur ajoutée aux projets auditionnés, optimisant ainsi leur potentiel de développement
2 des projets présentés ont déjà suscité l’intérêt de partenaires industriels et des discussions sont en cours avec les structures de valorisation concernées

Résumés des 7 projets auditionnés par le Board MATWIN 2016 :

  • Therapeutic inhibition of GRASP55/JAM‐C pathway in Acute Myeloid Leukemia through protein/proteininteraction inhibition (2P2I) – Michel Aurrand-Lions – Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (CRCM)
Malgré une prise en charge améliorée grâce à la stratificationmoléculaire et à la médecine personnalisée, la leucémie aigüe myéloïde (LAM) demeure une pathologie au pronostic sombre du fait du nombre élevé de rechutes sur lesquelles aucun médicament n’a montré d’efficacitavérée. Les rechutes sont dues à la réémergence de la pathologie à partir de rares cellules leucémiques ayant résisté au traitement et étant définiescomme cellules souches leucémiques (CSL). L’identificationrécente de mécanismes moléculaires spécifiquementprésents dans les CSL par l’équipe a permis d’identifierun composé chimique actif sur ces mécanismes à la fois dans les cellules leucémiques et dans les CSL. L’objectif du projet est de mieux comprendre les mécanismes d’action de ce composé dans le but de pouvoir proposer de nouveaux médicaments actifs sur les CSL des patients atteints de LAM.
  • Human monocytes-derived suppressive cells: new cell therapy against GvHD – Bernard Bonnotte – INSERM U1098, Centre Hospitalier Régional Universitaire, Dijon
Dans de nombreuses maladies, telles les maladies auto-immunes ou les maladies auto-inflammatoires ou la réaction du greffon contre l’hôte, le système immunitaire activé est responsable des lésions des différents organes qui peuvent aller jusqu’au décès du patient. Les progrès dans la connaissance de la régulation immunitaire ouvrent de nouvelles possibilités thérapeutiques. L’équipe a mis au point un protocole de génération de nouvelles cellules myéloïdes suppressives générées à partir des monocytes circulants. Leurs résultats montrent que ces cellules appelées HuMoSC (pour Human-Monocyte Suppressor Cells), bloquent les cellules immunitaires activées et empêchent la survenue de la maladie du greffon contre l’hôte au cours des greffes de moelle. Des travaux se poursuivent pour l’utilisation de ces cellules en clinique.
  • Aptamers to MMP-9 for imaging and targeting tumors – Marine FAUSSILLON-LAVILLE – Novaptech, Bordeaux
La start-up NOVAPTECH est experte dans le développement biotechnologique d’aptamères. Les aptamères sont des molécules avec des propriétés de détection de n’importe quel composé ou substance. Ils peuvent être utilisés comme outil diagnostique ou agent thérapeutique. Les aptamères constituent une alternative validée aux anticorps monoclonaux et présentent des avantages uniques notamment pour leur manipulation, leur production et leur coût. Avec plus de 20 ans d’expérience dans le domaine, NOVAPTECH offre des services pour le développement et la caractérisation d’aptamères dirigés contre n’importe quelle cible d’intérêt.
  • Identification of oncogenes-targeting microRNAs for liver cancer therapy – Christophe GROSSET – INSERM, Bordeaux
Le carcinome hépatocellulaire (CHC) est un cancer fréquent et mortel qui tue environ 800 000 personnes par an dans le monde. Pour les patients présentant une tumeur du foie de stade avancé (60% des cas), il n’y a actuellement aucun traitement curatif. La thérapie de replacement par les microARNs est une nouvelle approche multi-cible pour le traitement des patients atteints de cancer. L’équipe a identifié un microARN, nommé miR-K1, qui agit comme un gène suppresseur de tumeur dans le foie et inhibe l’action de nombreux oncogènes dans les cellules tumorales hépatiques. Son projet vise à développer une thérapie basée sur miR-K1, administrable par voie locale ou systémique et utilisable en clinique, en combinaison ou non avec des médicaments standards, pour le traitement des patients présentant un cancer du foie de stade avancé.
  • ERK inhibitors for the treatment of RAF and RAS mutated cancers – Jean-François GUICHOU – AGV Discovery / CNRS, Montpellier
La start-up AGV Discovery et son partenaire académique INSERM, ont identifié une série originale de petites molécules qui inhibent sélectivement l’activité kinase ERK en utilisant une approche par fragments. Des études in vitro ont révélé une activité antiproliférative intéressante du composé lead sur des lignées RAF et RAS mutées (meilleure que les inhibiteurs de ERK actuellement en clinique), avec un indice thérapeutique in vitro plus grand que les concurrents. Une preuve de concept in vivo a également été obtenue dans un modèle de mélanome xénogreffé, sans toxicité apparente. De plus, le lead possède un bon profil ADMET et représente un candidat médicament intéressant pour le traitement des cancers RAF et RAS mutés, seul ou en combinaison avec d’autres thérapies (immuno / chimio / thérapies ciblées).AGV Discovery recherche dorénavant une entreprise pharmaceutique pour acquérir et poursuivre son programme d’inhibiteurs de ERK d’ici 2016 ou un fonds d’investissement pour permettre le développement préclinique réglementaire et démarrer les phases cliniques.
  • Define assays for precision medicine in haematological malignancies – Jérôme MOREAUX – DIAG2TEC / Institut de Génomique Fonctionnelle, Montpellier
Diag2Tec est une société experte dans les cancers hématologiques et plus particulièrement dans le Myélome Multiple (MM). Diag2Tec met à disposition des sociétés pharmaceutiques et des oncologues qui développent de nouveaux médicaments pour les hémopathies malignes, des services de validation très précoces de nouvelles molécules, ainsi que des outils de prédiction permettant de connaître la sensibilité d’un patient donné à différentes classes de molécules, pour une médecine plus efficace et personnalisée, vers l’ère de la médecine de précision. Grace à son réseau d’expertise, son innovation en R&D et ses outils innovants, Diag2Tec développe également des biomarqueurs prédictifs de la réponse des cellules tumorales aux différentes molécules dans les cancers hématologiques. Aujourd’hui Diag2Tec recherche un accompagnement sur la validation clinique de ses biomarqueurs, afin d’accélérer son développement stratégique.
  • Theranostic of non-hodgkin B lymphomas – Jean-Ehrland Ricci – Centre Méditerranéen de Recherche Moléculaire – INSERM, Nice
L’utilisation de l’anti-CD20 couplé avec la chimiothérapie a largement amélioré la survie globale des patients souffrant de lymphomes B. Cependant, les patients réfractaires au traitement (30-40%) ne disposent que de peu d’options thérapeutiques. L’équipe a identifié un marqueur pronostique 1/ permettant de sélectionner les patients réfractaires dès leur diagnostic et 2/ permettant de leur proposer de nouvelles options thérapeutiques.
2017-12-12T15:54:04+00:00